poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Sur le vieux bourg

17799125_1882206238691071_6208666256039699707_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aurais aimé que n'enfantât le jour

Et que la nuit ne cessât, car la lune

Aurait pu refléter sur le vieux bourg

Sa gerbe d'or et lustrer la lagune.

 

 

Hélas parut un matin brouillasseux

Et mon espoir se navra sans sa torche,

Dès lors mon cœur s'étreignit trop poisseux

Et ne voulut sommeiller sous le porche.

 

 

J'aurais aimé que n'enfantât le jour

Et que la nuit ne cessât, car la lune

Aurait pu refléter sur le vieux bourg

Sa gerbe d'or et lustrer la lagune.

 

 

Malgré la pluie il me prit de flâner

Au dehors du logis pour voir la grève

Afin que mon cafard sût s' effaner;

Or devant la marée aucune trêve!

 

 

J'aurais aimé que n'enfantât le jour

Et que la nuit ne cessât, car la lune

Aurait pu refléter sur le vieux bourg

Sa gerbe d'or et lustrer la lagune.

 

 

 

 

véronique henry

Juillet 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



17/07/2018
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser