poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Sur le coteau ( glose)

Beaujolais-624x335.jpg

 

 

La profondeur du ciel occidental s' est teinte

D'un jaune paille mûre et feuillage rouillé

Et, tant que la lueur claire n' est pas éteinte,

Le regard qui se lève est tout émerveillé.

 

Nérée Beauchemin

( 1850-1931)

crépuscule rustique

 

 

 

 

 

 

 

 

Hormis que le jour cesse en le bourg nébuleux

 Un rayon d'or rutile au milieu d'une enceinte,

Quand La muraille étreint encor l'air onduleux,

La profondeur du ciel occidental s'est teinte.

 

 

Près des remparts ocrés s'éparpille une mèche

Qui vient lécher les toits sur le coteau brouillé,

Où la forêt se pare au dessus de l' Ardèche

D'un jaune paille mûre et feuillage rouillé.

 

 

La brume dense vient sous le soleil glissant

Et laisse recouvrir la vigne d'une empreinte,

Que seul mon être capte en l' éther ignescent

Et, tant que la lueur claire n' est pas éteinte.

 

 

S'effarouche un moineau saisissant ma présence

Devant le soir qui darde un anglet soleillé,

Qu'il me charme et surprend mon œil en sa luisance,

Le regard qui se lève est tout émerveillé.

 

 

 

 

 

 

véronique henry

Juillet 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 




25/07/2018
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser