poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Sous la lumière estivale

peintre Edward Cucuel 2.jpg

 

 

 

Edward Cucuel

(1875-1954)

 

 

 

 

 

 

 

 La lumière estivale a rosi les pommettes

Et poudrée un corps frêle habillé de lin blanc,
Dont la robe légère émane ses voilettes
Au dessus des genoux couverts d'un bas troublant.

La gazelle aux cheveux courts a rougi sa lèvre
D'amples touches carmin qui parent sa beauté
Dans le halo si flavescent pour qu'il soit mièvre
À satiner sa chair d'un miel décolleté.

Élégante à plier ses soyeuses dentelles
Elle offre ses collants ivoirins au soleil,
Afin de s' embellir de farder ses prunelles
Qui lisent des feuillets affublant un conseil.

Ses fines mains ont pu s' allonger sur la chaise,
Qui ne bascule point sous le poids élancé
Assis fort sciemment sans aucune fadaise,
Parmi toutes les fleurs  près du sol condensé.

La terrasse illumine alors son fin visage
Qui pourtant ne sourit malgré le ciel si blond,
La mine est trop sévère et ne voit l' irisage
Qui l' enduit la polit tel un grain de houblon.

L'ombrelle repliée où paresse l' étole
Ont échappé dessus la table aux yeux pantois
De la dame pensive auprès d'une auréole
Qui la fait chatoyer sans un rictus matois.

Partout le peintre Edward Cucuel sur la toile
A pris soin des pastels pour mieux vernir l' attrait
De cette enluminure afin qu'il y dévoile
Les charmes sensuels qui grisent ce portrait .

véronique henry

Juin 2018

 

 

 

 

 

 

 




14/06/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser