poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Quand le sommeil ne vient

Chouette-hulotte-01-Chouette-et-hibou.fr_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le silence un cri retentit, son écho

Dans la nuit se propage à travers le feuillage

Verdoyant de l'adret, et m'offre un flamenco

Dont ma lèvre sourit s'ouvrant à son sillage.

 

 

À remuer en le lin blanc d'un caraco,

Je reconnais la tendre voix d'un babillage,

Qui chaque soir m' enchante et naît près du gingko,

Qui borde mon vitrail non loin d'un vieux treillage.

 

 

Je la guette et l' attends, quand le sommeil ne vient

Pas m'engourdir dans aucun nid; dès lors parvient

Malgré l'heure tardive un froufrou d'une branche.

 

 

Enfin la linotte hôle adoucissant mes maux,

Et son hululement apaise les rameaux,

Qui sous le vent nocturne ont bercé la calanche.

 

 

Tôt le froncis épars de la lune se vêt

D'un dais ocreux qui nargue aussitôt ma couette,

Pour mieux la rassurer d'entendre une chouette.

 

 

Oh que j'aimerai tant la voir de mon chevet,

Quand le reflet astral étend son aquarelle,

Hélas son chant s' enfuit hors d'un buisson de prêle.

 

 

 

 

 

véronique henry

Septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 



11/09/2018
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser