poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Près d'un chenal

10906457_824250497614286_7983594555481339749_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Une pâle lueur vacille en la ruelle,

Qui se déplace et bouge au milieu du trottoir;

Mais qu'est ce ? un lampadaire ? une torche ? une mielle ?

Que je vois trembloter la nuit près d'un hâloir ?

 

 

J'essuie alors mes yeux. Est ce crûment la nielle 

Qui vient noircir l' épi des blés près du lavoir ?

Aurai-je la berlue  à flairer sa nuelle 

Qui s' étend sur le bourg tel un large mouchoir ?

 

 

Hélas le halo cille à nouveau vers les buis,

Et se meut à présent auprès d'un vieux pertuis

Rouillé près du chenal qui dévoile une écluse.

 

 

Oh j'avais oublié qu'un bassin existait,

Mince plus de repère à vivre ainsi percluse !

 Dans ce mince réduit si proche d'un étai.

 

 

En la bruine qui converge,

Où sort cette lumière oscillant vers le port ?

Qui sans faire de bruit accoste au mirador.

 

 

Est ce un éfrit qui me submerge ?

Oh vraiment je ne sais plus me calmer ! Soudain

Je comprends qu'un esquif aborde un haut rondin !

 

 

 

 

véronique henry

Septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 



22/09/2018
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser