poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Oh pourquoi me priver ?

253090_461401250565881_818450454_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Oh que j'aime le suc de fragrance fleurie !

Qui chaque jour me flatte en mon peignoir satin,

Quand sur mon cou cette senteur fuse au matin.

 

 

Comment ne pas chérir cette coquetterie ?

Qui séduit ma toilette à l' éveil non lointain,

Quand sur mon cou cette senteur fuse au matin.

 

 

Ce bel embrun me plait dans sa cajolerie,

Dont ma chair est troublée en son douceâtre instinct,

Quand sur mon cou cette senteur fuse au matin.

 

 

De flairer le nectar pris dans ma lingerie,

Mon âme luit grivoise à ce tendre butin,

Quand sur mon cou cette senteur fuse au matin.

 

 

Oh pourquoi me priver de sa galanterie ?

Ne plus jamais goûter cet encens florentin !

Quand sur mon cou cette senteur fuse au matin.

 

 

Lors étant habillée en ma mauve soierie,

Je ne renoncerais à ce miel libertin ,

Quand sur mon cou cette senteur fuse au matin .

 

 

 

 

 

 

véronique henry

Septembre 2018

 

  

 

 

 

 




19/09/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser