poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

L'enclos défunt

37209763_1719682511485632_7821537781372420096_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Nul bruit ne vient déranger mon crayon,

Dehors se tait le concert du grillon,

Quand s'ébauche le seuil du crépuscule.

 

 

Même au nichoir plus aucun oisillon

Ne s' agite le soir ni papillon,

Quand s' ébauche le seuil du crépuscule.

 

 

L'enclos défunt ne sent que le graillon

D'un fumet qui rancit dans un bouillon,

Quand s' ébauche le seuil du crépuscule.

 

 

Au loin chuinte l' écho d'un carillon,

Qui pour moi chante au milieu du layon,

Quand s' ébauche le seuil du crépuscule.

 

 

Malgré que l'air se teinte vermillon,

Les masses ont fermé leur  portillon,

Quand s' ébauche le seuil du crépuscule.

 

 

Qu'il est béni l'enclin de ce rayon,

Qui fait cligner mes yeux vers son sillon,

Quand s' ébauche le seuil du crépuscule.

 

 

 

 

véronique henry

Septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 



08/09/2018
23 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser