poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Hors de l' ormille

13450095_1137393186283206_7948468591850307584_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 Je m' étais aperçue aux trilles dans le bois

Que leur musique enflait les accents d'un hautbois

Afin de les mêler au milieu des griottes.

                                                                            


Les passereaux flûtaient au dessus de nos fronts
Et fredonnait le breuil sans aucunes riottes,
D'où bondirent mes pieds n' ayant subi d' affronts
Sur leurs babils près des murets de gariottes.

Ainsi grisé du concerto mon tendre cœur
Palpita si troublé que l' unisson du chœur
S'intensifia clair en l' immense charmille.

Hélas le dru sentier fut semé de silex
Que je n'avais pu voir hors de la verte ormille,
Quand sitôt se tordit ma jambe en un vortex
Dont mugit mon haro couché dans l' alchémille .

véronique henry

Juin 2018

 

 

 

 


 



05/06/2018
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser