poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

hors de la tiédeur

7315_378660915587805_445091575_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N'osant troubler mes cils de peur à me navrer

Hors de la tiédeur mièvre, et de vouloir braver

La moindre inquiétude hélas qui me réveille,

 

 

Sitôt colle à mon sein un brocart opalin.

 

 

À somnoler atone où nul ne me surveille,

Sauf l'aube qui s'habille et me cueille aussitôt

De son dais hyalin pour qu'un moelleux manteau

Aime me revêtir afin qu'il m' ensoleille.

 

 

Seul le clair-obscur vient sur mon tulle opalin.

 

 

Sous l'œil d'un rai qui me rencontre avec instance

Je tarde à ne frayer aucun essor furet,

Dès fois que je vomisse en mon for un fleuret

Qui poignarde ma plaie éclose en sa laitance;

 Qu'il me plait l'édredon me couvrant opalin!

 

 

 

 

 

 

véronique henry

Juillet 2018

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

  

 

 

 

 

 

 



12/07/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser