poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Devant l'ondée

pluie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le ciel assombri freinent mes pieds pesants,

Sur les sentiers boueux qui ne sont complaisants

Avec la pluie ayant vomi son allégresse.

 

 

Le soleil dérobé s' offusque rancunier.

 

 

Diaphanes mes yeux ont senti leur détresse

Devant l'ondée aussi fertile en la saison,

Qui pourrit mon terroir d'une riche oraison

Sans lumière à flairer pour y sécher sa tresse.

 

 

Un fatras s' est drapé m' enserrant rancunier.

 

 

Roucoule une palombe hors de son pigeonnier,

Pourtant il pleut et son babil me bouleverse

Et mon cou rectifie un angle au marronnier

Qui la tient sur sa branche en naïf prisonnier,

Pendant que l'eau ruisselle et goutte sous l' averse.

 

 

 

 

 

véronique henry

Janvier 2017

 

 

 

 

 


 

Voici de nouveau la pluie 
Tomber sur ma tête comme un souvenir 
Tomber sur ma tête comme une nouvelle émotion 
Je veux marcher dans le vent ouvert 
Je veux parler comme les amoureux 
Je veux plonger dans votre océan 
Il pleut avec vous

 

Alors bébé me parle 
Comme les amoureux 
Marchent avec moi 
Comme les amants 
Parle avec moi 
Comme les amoureux

 

Voici la pluie qui 
pleut de nouveau dans ma tête comme une tragédie 
Je me déchire comme une nouvelle émotion 
Oh 
je veux respirer dans le vent ouvert 
Je veux embrasser comme des amants 
Je veux plonger dans ton océan 
Est-ce qu'il pleut avec toi

 

Alors bébé me parle 
comme les amoureux

 

Voici de nouveau la pluie 
Tomber sur ma tête comme un souvenir 
Tomber sur ma tête comme une nouvelle émotion 
(Ici vient encore, ici il revient) 
Je veux marcher dans le vent ouvert 
Je veux parler comme les amoureux 
Je veux plonger dans ton océan 
Est-ce qu'il pleut avec toi

 

 

 



26/01/2018
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser