poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Dans le jardin friand

29572933_1001169356702973_1699494062806112687_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'être esseulé je n'ose plus me contenter,

Quand j'entends s' ébahir des tons dans le bocage

Qui me font flageoler auprès d'un marécage

Que j'entrevois confus à ne le fréquenter.

 

 

J' aimerai parcourir et fleurer la cambrousse,

Poursuivre les lézards prêts à se fomenter

En des lieux herbageux parmi la fine mousse.

 

 

Vivant reclus dans mon logis et souffreteux,

Hélas je n'affleurai ces appâts capiteux.

 

 

Depuis je me languis d'une fragrance douce.

 

 

Impatient de m' agacer sur la saison

Qui fermente à ravir au bord de ma fenêtre,

Et d' écouter les passereaux auprès d'un hêtre

Mon cœur se sert de s'y navrer sans fenaison.

 

 

Les arbres ont éclos et séquencent leur pousse

Dans le jardin friand pour mieux ornementer

La tonnelle rouillée ainsi que ma frimousse.

 

 

Mais le sort a guetté que le ciel clapoteux

Ne finisse à suinter sur mes dépits piteux.

 

 

Depuis je me languis d'une fragrance douce.

 

 

 

 

véronique henry

Avril 2018

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Quand le monde autour de toi aura tant changé
Que toutes ces choses que tu frôlais sans danger
Seront devenues si lourdes à bouger
Seront devenues des objets étrangers
Où l'a-t-on rangé
Ce bout de verger
Avec ses fleurs grimpantes
Sa lumière en pente
Couleur de dragée
Quand le monde autour de toi sera mélangé
Que le drap de ta chambre dans l'ombre restera plongé
Que viendra la nuit aux pourpres orangés
Et sans rien de plus peut-être pour te protéger
Où l'a-t-on rangé
Ce bout de verger
Avec sa glycine
Comme une racine
Dans la terre plongée
Jardin des délices
Tourne comme une hélice Dans le fond du crâne
Tourne comme une hélice .

 

Gérard Manset 

 

 

 

 

 

 

 

 



02/04/2018
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser