poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Au tréfonds de mes pleurs ( glose )

17458196_788013281351916_8985428721382065062_n.jpg

 

 

 

 

Quand je me sens mourir du poids de ma pensée

Quand sur moi tout mon sort assemble sa rigueur

D'un courage inutile affranchie et lassée,

Je me sauve avec toi dans le fond de mon cœur.

 

 

Marcelline- Desbordes- Valmore

(1786-1859)

L' absence.

 

 

 

 

 

 

 

Assise sur un banc à ne pouvoir cueillir

Les champignons au breuil avec leur brassée,

Mon teint pâlot rumine et se prête à faillir

Quand je me sens mourir du poids de ma pensée.

 

 

Vaine à devoir ne plus vieillir j'en perds la vie,

Mon premier râle a commencé d'être en langueur,

Que je n'ose contrer ma géhenne asservie,

Quand sur moi tout mon sort assemble sa rigueur.

 

 

Les morsures du temps m'ont terni sans regret

Et m'ont guidé d'un suc amer, où concassée

Mon âme a joint chagrine un souvenir aigret

D'un courage inutile affranchie et lassée.

 

 

Au tréfonds de mes pleurs je perçois leur chimère

Qui me ramène au doux frisson de ta liqueur,

Depuis ton baume a su panser l' éphémère

Je me sauve avec toi dans le fond de mon cœur.

 

 

 

véronique henry

Juin 2018

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 



17/06/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser