poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

À la veillée

Daniel+F.+Gerhartz.jpg

 

 

Daniel f. gerhartz

peintre américain 

né en 1965

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous la lueur d'un candélabre à la veillée

Un regard brun se pose au milieu du lutrin;

Au devant d'un feuillet quand l' étude est choyée

entre les doigts soyeux de l' harpiste éveillée,

Il déchiffre avec soins l' arpège et son refrain.

 

 

Rien ne peut l'entraver il conduit la musique

Qui pleut à flots, où des longs bras luminescents

Bougent si gracieux sous l' accort mélodique,

Que se plient les poignets parmi le jeu phonique,

Dont un minois s'éclaire en l' éther flavescent.

 

 

Sur le tabouret siège une dame sereine

Contre un bouquet garni de roses; elle tient

Altière pour entendre un accent qui l' entraîne,

Car son oreille accueille un son pour qu'il s' égrène;

Quelle idyllique icône hantée au jeu qui vient!

 

 

Dans sa toilette en soie à la couleur noirâtre

Et son chignon coiffé de blonds cheveux ambrés,

Elle ravit son cœur d'une lyre folâtre

Qui sait l' amouracher la chérir près de l' âtre,

Dès qu'un brasier flamboie en ses cils non marbrés.

 

 

La harpe à son épaule étoffe la lumière

Qui la complaît à se vêtir dans son boudoir,

dont les fleurs ont suinté leur parfum d'une œillère

Qui l' embellit la nacre oh telle une rosière;

Comment ne pas l'aimer ni lui dire au revoir! 

 

 

 

 

 

 

véronique henry

Juillet 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 



 



15/07/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser