poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

À côté du dressoir

483333_424622937577046_529639310_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quel saugrenu rêve ai-je pressenti ?

Pour que l'angoisse luise;oh, de démence,

Et qu' elle me trahisse en sa romance ,

L' ai-je berné d'un leurre consenti ?

 

 

 

Oh nenni je ne sais plus quelle arcane !

A pu me tourmenter, pour que mon cœur

Soit emballé d' un flot aussi moqueur,

Ai-je entendu son rire qui m' escane ?

 

 

À défaut de saisir sa métaphore,

J'en perds l' esprit auprès de cette amphore

Qui gît sur le côté du vieux dressoir.

 

 

Sur la cloison défile sa sculpture

Ai-je atteint la folie avec le soir ?

Quand je ne vois qu'un plan de sépulture!

 

 

 

Annonce t'il un deuil ? est ce la fièvre

Qui vient rogner mes os ? quand lourdement

S'ébruite un silence impunément !

 

 

Hélas j'avais omis que le genièvre

Au bord du lit me causait l' avertin,

Son bouquet atterrit dans l'âtre éteint.

 

 

 

 

 

véronique henry

Septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 



06/09/2018
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser