poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

recueils poétiques de Annie Poirier et quelques poèmes de son blog

Annie Cantal.jpg

 

 

 

 

 

 

Couverture A_ l'ancre de mon coeur.jpg

 

A l'ancre de mon coeur

 

 

Couverture Invitation.jpg

 

Invitation

 

 

 

 

 

 

Couverture Vagabondages.jpg

 

 

 

Vagabondages

 

 

 

2.thumbnail.jpg

 

 

 

Voici quelques poèmes de son blog :

VERANNIE le blog d' Annie

 

 

 

 

Au pays des pharaons noirs .

 

 

Sous les pas des chameaux dorment des lieux étranges,

Que des langues de sable avilissent encor,

En barbouillant D'or brun cet immense décor,

Où rien ne fleurit plus à l' ombre des losanges .

 

 

Le soupir d'un passé fait craquer des phalanges,

Mais le silence étouffe une voix de ténor,

Quand apparaît au jour la perte d'un trésor,

Que le pilleur s' empresse à sortir de ses langes .

 

 

Les larmes du désert , à la frange du Nil,

S' écoulent doucement un battement de cil,

Vers des tombeaux enfouis dans des cages de moire .

 

 

Seul, le miroir du ciel , connaît tous leurs secrets

Que l'usure du temps pour les rendre discrets,

Enferme à double tour au fond d'un vieux grimoire .

 

 

Annie

 

 

2.thumbnail.jpg

 

 

 

Le baiser .

 

 

Il est ce mot si beau que l'on s'offre en partage,

En tendant une joue et l' autre assurément,

Compagnon de la main il en est le froment;

Il est ce mot si beau que l' on s'offre en partage.

 

 

Il est ce mot câlin pour l' enfant que l' on berce,

Gage d' affection , il gomme le tourment

Et scelle tout amour dans son engagement;

Il est ce mot câlin pour l' enfant que l' on berce .

 

 

Il est ce mot pervers dans un piètre langage,

Dont on use en excès , oh le verbe affamant!

Comment donc arrêter ce vil déferlement?

Il est ce mot pervers dans un piètre langage .

 

 

Annie

 

 

2.thumbnail.jpg

 

 

Pleurs de poète.

 

 

L' atelier se termine , il me manque un sonnet,

Car ma muse est en froid et réclame un polaire,

Je dois la réchauffer , je crains fort sa colère,

Ne sachant pas broder même un simple bonnet .

 

 

Je frappe chez l' ami pour emprunter sa rime,

Il me faut éviter que la mienne périme,

Elle file aussitôt comme un pauvre rebras .

 

 

Que vais je devenir si ma chandelle est morte ?

Pleurer de tout mon saoul et puis baisser les bras ?

De l' inspiration forcer un peu la porte?

 

 

Voudra t'elle toujours d'un triste écrivaillon,

Qui pêche encor ses vers à la saveur morose,

Dans un étang stagnant aux senteurs d' eau de rose,

Lassé de parfumer un modeste haillon ?

 

 

Annie

 

 

2.thumbnail.jpg

 

 

A Flormed.

 

 

Si j' étais une fleur que ton bon coeur arrose,

De l' encre d'une plume à la douce couleur,

Pour toi , je choisirais la robe d'une rose,

Si j' étais une fleur .

 

 

J' ôterai chaque épine et cueillerais ce pleur,

Qui sommeille en secret dans une primerose,

Au jardin de ton âme où gît une douleur .

 

 

Pour chasser le bourdon de chaque jour morose,

J'implorerai le ciel et le merle siffleur,

D' appeler ce printemps qui voit la vie en rose.

Si j' étais une fleur .

 

 

Annie

 

 

2.thumbnail.jpg

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 



20/07/2016
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser