poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Les roses trémulaient

Carte_postale.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Les roses trémulaient d' accueillir le suroît,

Qui vit vibrer les murs les tableaux et la pièce,

Où l' âtre ressentit un remugle en liesse,

Dans le donjon frisquet sous l' effet du grand froid .

 

 

Tremblait le plafonnier prestement de surcroît,

Car le vent s'infiltrait d'une telle hardiesse,

Que grelotta la cruche allant pleine d' effroi,

Les roses trémulaient .

 

 

Tout proche du foyer vaquait un alchimiste,

N'ayant aucune crainte à cisailler le schiste,

Or il n' intéressait le vortex palpitant,

 

 

Indifférent à renifler les fleurs aigries

Dans le salon trouillard . Cependant rabougries

Elles y distillaient leur courroux s' agitant,

Les roses trémulaient .

 

 

véronique henry

Août 2017

 

 

 

 

 

 




20/08/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser