poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

La chambre frêle

18814018_799906803518081_3919615266601075032_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

À peine le matin conçu,

Que mon âme contrite enchevêtrée , emmêle

L'air cotonneux errant moussu,

Dans la nuit opaline où mon éveil flagelle .

 

 

Un bref soupir naît assombri,

Au creux de mon haleine indécise , troublée

À ce crachin non amoindri,

Quand la marée afflue , abonde , découplée .

 

 

Le froid se glisse à mon tissu

Chiffonné , qu'il frissonne , halète , se querelle

Contre un poison sitôt pansu ,

Qui se faufile , baigne en la chambre si frêle .

 

 

Le lit embué rabougri ,

Ne se plaît dans l' embrun , quand s'effraie affublée

Ma solitude . Il se flétrit

Car la tanière éclot , bourgeonne , enfle comblée .

 

 

véronique-henry

juillet 2017

 

 

 

 

 


 



21/07/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser