poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

poesieirisienne- véronique henry -poésies classiques

Guère ombragé

13083358_929020790551812_3271235326982474829_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La garrigue : " un écrin pour nos pas sablonneux",

Dans le maquis guère ombragé qui nous imprègne,

D'un manteau rabougri vernissant lumineux,

Que seul un rai borné nous peint quand il s'y baigne .

 

 

Sous les chênes menus nous marchons assoiffés,

Suants , contre un soleil dont la lueur féroce,

De ses mille feux cuit nos cheveux décoiffés,

Quand le cinglant mistral nous fouette avec sa crosse .

 

 

Brûlante la chaleur si néfaste alentit,

L'ample halètement qui nous serre assenti,

Tel un dur aiguillon sur nos lèvres salées .

 

 

Mais soudain sous les pins nous percevons de l' eau,

Qui galope et qui valse et nos bouches hâlées,

Peuvent se rafraîchir sous un léger bouleau .

 

 

Chacun oublie alors ses souffrances râlées.

 

 

Juin 2017

 

 

(corrections enseignées sur le forum des Apéciens:

Amitiés poétiques sans frontières)

http://poesis.forumactif.org/

 

 

 

 

 




13/06/2017
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser